Sélectionner une page

Le chien de rouge

Un documentaire de Yasmina Zoutat

 

Le film commence dans ma chambre, là où est née une obsession qui ne me lâche plus, filmer du sang. Je parcours Paris, le territoire où s’ancre cette histoire, d’abord sans voir une goutte de sang. J’arpente la ville et j’y fais des rencontres. Chaque protagoniste apporte sa propre histoire de sang. Des histoires enterrées ressurgissent. Et peu à peu ma quête trouve sa raison d’être. Mon chemin me conduit à questionner le sens d’un procès que j’ai vécu il y a vingt ans, le procès du sang contaminé. A l’époque j’étais chroniqueuse judiciaire, je n’ai pas compris ce qui se jouait devant moi et je cherche aujourd’hui à saisir ce que cette affaire a laissé comme traces. Traces pour la plupart invisibles, que nous avons intériorisées et auxquelles je cherche à donner forme.

Je filme Paris aujourd’hui, la circulation des êtres et du sang dans la ville, en écho à la dramaturgie de ces audiences qui m’ont profondément marquée. Je cherche les indices de ce procès dont nous avons gardé une impression confuse. Le sang, matière ambivalente, symbole à la fois de la vie et de la mort, m’inspire des images et des rapprochements. C’est une suite de fragments, un puzzle à organiser. Je vois le sang contaminé comme une rivière souterraine qui par instants refait surface.

En développement